juillet 6, 2022

À quoi ressemblera la prochaine génération de vaccins COVID ? 03/03/2022 13h07

4 min read
vaccin

La prochaine génération de vaccins offrira une réponse immunitaire plus large et plus robuste. Et pourquoi il est important de surveiller les variantes connues du VIH.

La pandémie de COVID-19 causée par le coronavirus respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) reste une menace mondiale. Des millions de vies ont été perdues à cause de la maladie et beaucoup continuent de souffrir de symptômes persistants longtemps après avoir éliminé leur infection initiale. Bien que nous ayons progressé dans notre connaissance du virus et que nous disposions désormais de médicaments qui se sont avérés efficaces pour le traiter, il nous reste encore du chemin à parcourir pour mettre à l’épreuve les vaccins qui sont actuellement utilisés pour aider à prévenir les maladies graves causées par le virus.

Le développement de vaccins est notoirement difficile et la création des vaccins COVID-19 a été une réussite sans précédent. Mais si la distribution des vaccins actuels doit se poursuivre dans le monde entier, nous devrions également nous tourner vers la prochaine génération de vaccins qui fourniront une réponse immunitaire plus large et plus robuste.

Les vaccins COVID-19 de deuxième génération devront s’appuyer sur le succès des vaccins actuels. Alors que les vaccins à ARNm largement utilisés stimulent une réponse immunitaire contre la protéine de pointe du SRAS-CoV-2, nous avons récemment constaté que des mutations et de nouveaux variants peuvent modifier la structure de cette partie du virus, rendant les vaccins moins efficaces. La prochaine génération de vaccins devrait être conçue dans le but de nous protéger contre les variantes actuelles et futures, quelle que soit leur infectivité ou leur virulence.

En outre, les futurs vaccins devraient être capables de réduire le risque de transmission du virus par les personnes vaccinées. Cela signifie qu’ils devront être capables de réduire la charge virale, généralement en déclenchant des niveaux élevés d’anticorps neutralisants qui peuvent cibler le virus avant qu’il n’ait la possibilité de se multiplier à l’intérieur d’un hôte et de se propager. Il faut également que cette réponse immunitaire soit aussi durable que possible, ce qui signifie que les rappels, si nécessaire, peuvent être espacés.

Si nous voulons lutter contre cette pandémie à l’échelle mondiale, il est essentiel que les vaccins soient bon marché et accessibles à tous.

Un vaccin en cours de développement, qui pourrait contribuer à résoudre certains de ces problèmes, est le vaccin COVID-19 à ARNm auto-amplifié (SAM) de la société de biotechnologie Gritstone, appelé GRT-R910. Les ARNm auto-amplifiés ont montré une meilleure expression de l’antigène et une meilleure production d’anticorps à des doses plus faibles que les ARNm classiques, ce qui suggère que cette technologie pourrait améliorer l’immunisation. Elle nécessitera alors des doses plus faibles et peut-être des rappels moins fréquents.

Le vaccin GRT-R910 fait l’objet d’essais de phase 1 au Royaume-Uni. Outre la production d’anticorps contre la protéine spike, on espère qu’il induira également une réponse immunitaire contre d’autres protéines hébergées par le virus. Gritstone a déclaré que le GRT-R910 pourrait déclencher des réponses immunitaires robustes, durables et étendues contre les variantes du SRAS-CoV-2.

« Notre vaccin SAM COVID est conçu pour déclencher des réponses robustes des cellules T CD8+, en plus de fortes réponses d’anticorps neutralisants, offrant la promesse d’une immunité plus durable, en particulier dans les populations plus vulnérables », a expliqué Andrew Allen, le PDG de Gritstone. « En outre, étant donné que les protéines de surface virales comme la protéine spike évoluent et échappent parfois partiellement à l’immunité induite par les vaccins, nous avons conçu GRT-R910 pour qu’il ait un large potentiel thérapeutique contre un large éventail de variantes du SRAS-CoV-2 en délivrant également des protéines virales hautement conservées qui pourraient être moins sujettes à la dérive antigénique. »

Concrètement, cela se traduit par des réponses immunitaires plus fortes, plus larges et plus durables, ce qui signifie moins d’évasion immunitaire lors de l’apparition inévitable de nouvelles variantes, et la possibilité d’effectuer des rappels moins fréquents.

De nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire n’ont pas les moyens d’acheter le nombre de vaccins COVID-19 nécessaires pour vacciner l’ensemble de leur population. Ils doivent s’en remettre à des programmes tels que le programme COVAX de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui facilite l’équité en matière de vaccins dans le monde. La société suédoise de biotechnologie Ziccum est l’une des entreprises qui se concentre spécifiquement sur l’acheminement des vaccins COVID-19 aux pays à faible revenu. Elle a mis au point une technologie permettant de sécher à l’air les vaccins existants, les convertissant en poudre qui n’a pas besoin d’être stockée ou transportée à des températures froides. Ziccum s’est associée à la société pharmaceutique Janssen afin de développer des versions en poudre sèche de leurs vaccins, notamment les vaccins COVID-19 de Janssen.

Leurs recherches ne s’arrêtent toutefois pas au COVID-19. Ils travaillent également à transformer la fabrication et l’accès aux vaccins Ebola et VRS de Janssen. Ziccum fait valoir qu’en utilisant sa technologie pour sécher les vaccins à l’air libre, elle élimine les problèmes logistiques liés à la chaîne du froid, de sorte qu’ils peuvent être livrés dans des régions du monde plus éloignées ou plus difficiles à atteindre.

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.